Au coeur du labyrinthe : quelles solutions ?

Les bénévoles de l’association entendent souvent les parents demander :
« Vous pouvez m’indiquer un établissement ? »
« Vous connaissez cette thérapie ? »
« Vous pouvez m’indiquer un professionnel dans ma ville ? »

Nous, parents PETALES, avons souvent fait le tour de toutes les ressources possible : Combien de praticiens avons-nous vus ? De combien d’établissements notre enfant s’est-il fait renvoyer ? Il est donc justifié que nous soyons souvent à la recherche d’une nouvelle aide. Nous savons bien aussi qu’un praticien peut convenir à une famille et pas à une autre, qu’une thérapie peut avoir eu des effets positifs pour une famille et pas pour une autre…
Alors comment faire quand nous avons tout épuisé ? Quand nous ne savons plus vers qui nous tourner ?
Se rapprocher d’autres parents, d’associations, chercher sur Internet… peut nous aider à trouver de nouvelles pistes mais c’est là qu’il nous faut être extrêmement prudents.
Il ne faut pas que le vide dans lequel nous nous trouvons, nous pousse à tout accepter. Il nous faut vraiment nous documenter, nous renseigner afin d’avoir tous les éléments en main avant de prendre notre décision.

 

Petit guide pour vous aider dans vos choix :
Si la thérapie est reconnue officiellement, vous pouvez vérifier que le praticien fait partie de l’ordre ou de l’organisation qui gère cette profession, ce qui peut vous rassurer sur sa formation.
Si vous vous tournez vers une thérapie non reconnue, essayez d’obtenir le plus de renseignements possible.
Vous pouvez rechercher sur Internet les sites les plus importants. Attention à tout ce qui peut se dire sur les forums qui ne sont pas toujours gages de sérieux.
Essayez aussi de repérer tout ce qui peut faire penser à une dérive sectaire. La souffrance des familles peut malheureusement être utilisée à ces fins-là.

Pour se renseigner sur les sectes :
site du gouvernement Tél. : 01 42 75 76 08
unadfi Tél. : 01 44 92 35 92

Des caractéristiques d’un praticien « sérieux » selon le Dr Françoise Hallet :
1) Ses compétences :
• Ses compétences sont affichées, les formations qu’il a suivies et les diplômes, certificats et reconnaissances qu’il a reçus ;
• il actualise régulièrement sa formation ;
• il annonce ce qu’il est capable de prendre en charge et ce qu’il n’est pas capable de traiter (se méfier des gens qui se disent capables de tout guérir ou qui vous disent qu’ils vont réussir là où les autres ont échoué) ;
• il ne demande pas d’arrêter tout autre traitement médicamenteux, toute autre prise en charge.
2) Son sens de l’équipe :
• Il ne se pose pas comme le seul capable de prendre l’enfant en traitement, mais il accepte de faire partie d’une équipe.
3) Son humilité :
• Il ne «se prend pas pour Dieu le Père» ;
• il ne demande pas d’accepter inconditionnellement ce qu’il raconte ;
• il explique clairement ce qu’il propose, les raisons de ses attitudes ou conseils, il n’emploie pas un langage sibyllin ou ésotérique ;
• il ne fait pas référence sans arrêt à son ou ses formateurs comme des personnages tout-puissants.
3) Son respect :
• Il respecte vos croyances philosophiques, politiques et religieuses, ne les remet pas en question,
ne cherche pas à vous imposer les siennes et accepte de travailler éventuellement avec les vôtres ;
• il ne vous culpabilise pas par son discours, ne pense pas que toutes les difficultés des enfants en général viennent des problèmes des parents ;
4) Ses tarifs :
• Il pratique des tarifs raisonnables                                                                                         Dr Françoise HALLET

Si la prise en charge est pour vous, ne vous sentez pas obligés de renouveler les rendez-vous si vous ne
vous sentez pas à l’aise ou si vous ne constatez aucun bénéfice au bout de quelques séances.
Si vous cherchez un praticien pour votre enfant, n’hésitez pas à le rencontrer seul d’abord, afin de lui expliquer la situation familiale.
Il doit pouvoir vous écouter et respecter vos propos. Certains enfants en difficulté d’attachement peuvent
manipuler même un professionnel, donc cette rencontre préalable est importante.
Vous pouvez lui poser des questions sur la prise en charge qu’il pense réaliser et lui demander s’il accepte de faire le point régulièrement avec vous (ou avec votre médecin traitant) et de vous conseiller éventuellement dans vos attitudes avec votre enfant.
Il est difficilement concevable que la prise en charge d’un problème d’attachement mette les parents à l’écart.
Pour vous aider, si vous souhaitez aborder ce thème des difficultés de l’attachement, vous pouvez proposer
au praticien le document « Présentation de PETALES France ».

Si votre recherche concerne un établissement : internat, centre d’accueil pour les vacances… Là aussi, n’hésitez pas à vous renseigner.
• Le lycée est-il sous contrat avec l’Education Nationale ? Quelle est l’accréditation du centre de
vacances ?
• Visitez le site Internet s’il existe, mais ne vous laissez pas éblouir par des images idylliques des lieux et les photos d’enfants qui s’y trouvent.
• Prenez rendez-vous avec un responsable et posez lui toutes vos questions (surveillance, contacts avec
les parents…), demandez aussi une visite approfondie des lieux.
• Renseignez-vous sur le nombre d’enfants et sur le nombre de personnels de l’établissement. Que les
enfants soient « responsabilisés », en participant aux travaux ménagers ou à l’entretien, ne dispense
pas l’établissement d’avoir assez de personnel pour ces tâches et pour la surveillance.
• Renseignez-vous également sur les qualifications des éducateurs, psychologues et sur leur nombre,
ainsi que sur le temps qu’ils passent dans l’établissement. Il y a des endroits où un psychologue ne
fait que passer une fois par mois…
• Si votre enfant y est scolarisé, renseignez-vous sur les qualifications professionnelles des enseignants, sur les résultats scolaires de l’établissement, sur les rencontres parents/enseignants, sur la possibilité de rendez-vous avec les enseignants.
• S’il est prévu que votre enfant y reste toute une année ou plus, il est utile de connaître les types de
sorties et activités culturelles dont les enfants bénéficient. L’ennui est dévastateur pour tous et pour un enfant encore plus.
• N’acceptez pas de payer à l’avance pour une longue durée (6 mois ou plus), car votre enfant peut ne
pas s’y plaire ou l’établissement peut se révéler inadéquat.
• Tout comme pour un praticien, demandez l’avis d’autres personnes : votre médecin traitant, les
enseignants, la mairie de la ville, voire les voisins vivant à côté de l’établissement ou d’autres parents
par l’intermédiaire du RED (Réseau Echanges Direct) de PETALES France.

Que ce soit pour un praticien ou une structure, forts de tous les éléments que vous avez pu trouver, donnez-vous le temps de réflexion et prenez calmement votre décision.

En règle générale, documentez-vous avant d’être au pied du mur car il est plus facile de se faire
une idée quand on n’est pas dans l’urgence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *